AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le vent du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valdyra




MessageSujet: Le vent du Nord   Mar 6 Oct - 12:10

Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
en orðstírr deyr aldregi:
hveim er sér góðan getr.

La morsure glacée du vent du Nord ne l'atteint pas. Elle, guerrière de cape et de lance aux yeux de glace, tels deux pics acérés fixant du regard l'horizon immaculé. La Valkyrie à la chevelure d'un blanc de neige, impassible sous ses chauds vêtements Nordiques alors que les flocons de neige se posent doucement sur le cuir et le fer de ses pièces d'armure, prend une grande inspiration, goûtant l'air froid du pays scandinave, avant de s'en retourner auprès de sa famille, de ses amis.

Au fond d'elle-même, Valdyra sait que ce jour sera celui où elle voit leurs visages. pour la dernière fois.


---

En ces terres inconnues, les vents du Nord mont amenée jusqu'ici. Ensembles de murs dressés en des hauteurs inimaginables par les mains de l'homme, de chemins faits d'une texture noire à l'odeur nauséabonde, le bruit y est incessant et assourdissant.

Peu à peu, l'image daigne apparaître, dévoilant une immense arène de lutte, vide de toute vie. Là, au centre du ring, lance posée pointe au ciel, bouclier de métal accroché sur son dos et drapée de fourrure en peau de loup, la Valkyrie observe les alentours et goûte avec sérénité au silence, avant de poser ses yeux aussi clairs que la glace sur la caméra qui l'observe.

Une voie nimbée d'énigmes et d'obstacles qu'un guerrier se doit de résoudre et franchir. Telle est ma route, et rien ne me fera détourner de ce chemin qui m'est destiné.

Me voici aux portes d'une civilisation étrange où la science et la technologie ont évolué d'une manière telle qu'elles se trouvent désormais ancrées dans vos vies et vos moeurs les plus basiques. Vous avez oublié jusqu'aux principes mêmes du coeur à l'ouvrage, de se battre corps et âme pour vos convictions et votre vie. Vous avez choisi la facilité, la distance et la simplicité. Vous avez choisi une vie faite d'oisiveté, de sédentarité et d'étouffement.

Vous avez choisi votre vie. J'ai choisi la mienne. Celle de me battre.

Le combat vous forge un homme, exhorte votre esprit à se renforcer, votre corps à se développer, devenir plus endurant. J'aspire à combattre les plus puissants guerriers, quels qu'ils soient, d'où qu'ils viennent, car les vents du Nord m'ont amenée à vous affronter. J'ignore encore toutes les coutumes de votre contrée, mais je sais que les valeurs au combat sont les mêmes. Honneur, bravoure, vaillance, courage, volonté, une rage de vaincre, une soif de gloire et de reconnaissance, une réputation à bâtir, une renommée à forger à la force de vos poings. Tout cela existe encore, et j'ose croire que ces principes demeurent universels, compris par tous.

De là à ce qu'ils soient respectés, je sais, au fond de moi, qu'il n'en sera pas ainsi de vous. La voie du guerrier est ardue, mais j'ai choisi d'être une Skjaldmö car mes convictions méritent que je me batte pour elles au plus profond de mon être. J'ai cette rage dans le sang, cette rage bouillonnante envahissant chaque parcelle de mon corps, la soif de combat que les Nordiques les plus hardis apprennent à maîtriser pour devenir les Berserkers les plus redoutés. Nordique, je le suis. La peur, je ne la connais pas. Et j'ai laissé derrière moi tout ce qui m'est cher, parcourant des centaines de lieues, traversant les océans déchaînés pour suivre ma destinée.

Et vous, cachés dans la brume de l'inconnu, êtes ceux qui se dressent en travers de mon chemin.

En ces terres inconnus les vents du Nord m'ont amenée, m'incitant à prendre le temps d'étudier cet environnement, cette culture si différente de la mienne. De vous observer également. Certains d'entre vous ont déjà élevé la voix, et les vents du Nord m'ont rapporté vos propos. Et par les vents du Nord, j'y répondrai.

J'ai choisi de faire front. De payer de ma personne à chaque instant. Car telle est ma voie, celle d'une Skjaldmö.

Toi, Alafa. Descendant de guerriers tribaux. Tout comme moi, tu as quitté ton clan, ta famille, ta contrée, pour suivre ta destinée. Tu apportes avec toi la culture de ton pays, les coutumes et la réputation de combattant de tout un peuple. Sur tes épaules pèse le lourd poids d'une fierté que tu souhaites défendre plus que tout. Car tu les représentes, tu en es le porte-parole et le défenseur. Tu es leur champion. Mais tout guerrier farouche que tu peux être, tu n'en demeures pas moins humain, donc vulnérable. Qu'adviendra-t-il lorsqu'au premier tour de combat, ton visage ira mordre avec douleur la poussière, vaincu et défait ? Le premier obstacle sera le plus important. Il sera ton rituel de passage, le mur de feu que tu devras franchir sans faillir et sans s'arrêter. Un instant d'hésitation, un moment d'inattention, et les flammes ténébreuses t'envelopperont et t'engloutiront dans l'âpre humiliation de la défaite.
Tôt ou tard, la chaleur des Iles se heurtera au froid du Nord. Tôt ou tard, nous nous affronterons, Alafa. Ce jour-là, la glace enveloppera ton corps, tes muscles seront ankylosés, et tu ne pourras prétendre à briser la glace de l'iceberg.


Toi, King Kool. L'autoproclamé Roi de la classe. Tout ton corps transpire l'exubérance et l'extravagance, le sourire inévitablement gravé sur ton visage. Rien ne semble effriter cette bonne humeur que tu affiches, cette prestance que tu exposes sans aucune crainte. Pour autant, l'apparence est trompeuse en de nombreux cas, et l'excès cache bien souvent une tare que l'on veut cacher à tout prix. Quelle est cette faiblesse que tu veux dissimuler sous cette carapace de lutteur sûr de lui et prompt à se mettre en avant ? Que cache-tu sous ton armure d'homme fier à l'excès ? Qu'arrivera-t-il lorsqu'une lame parviendra à transpercer cette protection que tu as construite autour de toi, et toucher ton esprit et ton corps mis à nu ?
Tôt ou tard, tu croiseras ma route, Roi illusoire. Et la pointe de ma lance traversera ta carapace pour blesser ton coeur débordant d'orgueil, et ne laisser sur le sol qu'un homme démuni et vidé de tout espoir de briller.

Toi, The Monkey. L'homme aux moeurs de grand singe. Je ne suis pas dupe, je perçois au-delà de ton apparence une intelligence rare et incisive. Une vivacité d'esprit aussi aiguisée qu'une lame d'acier. Tu as beau paraître arriéré, tu n'en restes pas moins homme avisé, curieux mélange de conscience humaine et d'instinct animal, se mouvant tel un primate, mais s'exprimant comme le plus humain d'entre nous. J'ignore encore tes capacités martiales, et cet affrontement entre nous sera l'occasion de tester tes aptitudes. Tes capacités animales devront te sauver de mes aptitudes de chasseresse. Je viens d'un pays où la chasse et le combat sont une priorité, faisant partie intégrante de notre mode de vie rude.
Ce jour-là, tu deviendras la proie. Tu devras défendre chèrement ta vie pour en ressortir grandi. Ce jour-là, tu tomberas de ton arbre.

Toi, Dante. Celui qui porte un nom de poète. Celui qui se plaît dans le Mal dans toute sa subtilité. Tu ne recules devant aucune bassesse, aucune limite pour arriver à tes fins. L'honneur est un mot inexistant dans ton vocabulaire alors que triche, mensonge et manipulation en sont les rois. Dans ton monde, il n'existe qu'une seule personne d'importance, les autres étant de simples pantins à tes yeux. Tu ne peux voir que ta personne, tu ne peux comprendre que ton esprit, et tu ne peux avoir confiance qu'en toi-même. Cependant, tu acceptes de te battre contre toute forme d'adversité, qu'il soit homme ou femme. Et tu clames haut et fort que tu ne prendras aucun gant, et ne délivreras aucune faveur. Et tu as raison de le penser, car plus qu'une femme, je suis avant toute chose une guerrière, une Skjaldmö. Et tout guerrier se doit de se battre et ne pas reculer devant le danger. Mais n'oublie pas ces paroles, Dante. Et ne fais pas l'erreur de croire que je manque de force physique.
Car tôt ou tard, tu croiseras ma route. Ce jour-là, l'Enfer ne sera pas qu'une divine comédie à tes yeux. Il sera la réalité dans laquelle tu aura chûté. Une réalité aussi glaciale que les vents du Nord. Non, Dante, tu n'atteindras pas le sommet du Haut Hrothgar, je t'en empêcherai.

Vous, les autres. Ceux dont la parole n'a pas encore atteint nos oreilles, dont les écrits n'ont pas encore trouvé lecteurs. Ceux qui se perdent en des querelles futiles d'enfants de bas âge. Qu'ils soient porteurs de masques ou à visage découvert. Qu'ils aient de l'expérience ou arpentent pour la première fois le Haut Hrothgar. Je n'oublie pas que nos chemins peuvent se croiser, que nous devons un jour être amenés à combattre afin de gravir la prochaine marche. J'ai conscience que mon destin se joue à chaque montée, à chaque bataille. Et j'ai la conviction de pouvoir atteindre le sommet.

Et je me battrai pour ça. Toujours. Car je suis une Skjaldmö.

Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
ek veit einn at aldrei deyr:
dómr um dauðan hvern.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valdyra




MessageSujet: Re: Le vent du Nord   Mar 27 Oct - 15:20

Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
en orðstírr deyr aldregi:
hveim er sér góðan getr.

- "L'honneur doit être lavé."

Seule devant un précipice de béton et d'acier, trop droit et lisse pour être construit par la Nature même, la Skjaldmö observe ce contrebas urbain que le voile de l'hiver a recouvert d'un geste aussi tendre qu'une caresse. Les flocons se déposent comme autant de plumes légères sur la peau blanche de la Nordique avant de s'étioler peu à peu en un mince filet d'eau. Ses yeux de glace fixent l'horizon, cherchant une raison à ce coup du sort.

- "Le Destin m'a montré une voie, un chemin sinueux parsemé d'obstacles. Le premier de ceux-ci a été un homme aux instincts de grands primates, au comportement de singe tout en gardant un intellect riche et conscient des choses qui l'entourent. Je l'ai surmonté, continuant alors mon chemin jusqu'à cette deuxième épreuve. Un guerrier venu des îles, au sens du combat marqué à même la peau de par ses tatouages tribaux de son pays. Fier de porter haut les couleurs de sa contrée, il s'est vu opposé à moi, fière de porter le patrimoine de ma maisonnée.

Mais le Destin, entité fugace et insaisissable, ne peut être maîtrisé. Il tisse selon sa seule volonté les fils de notre vie et sillonne notre chemin jusqu'à l'impasse que tous redoutent. La fin. Destin, fieffé roublard, espiègle saltimbanque s'amusant avec notre existence au gré de son bon vouloir et de ses envies du moment. Il a décidé que cet homme aux moeurs de singe se dresse une fois encore sur mon chemin, coûtant la victoire face à ce guerrier tribal. En cette action, il vient de bafouer l'honneur d'une guerrière, tournant l'issue de ce combat à ma défaveur. Nul ne pouvait prédire qui d'Alafa ou moi ressortirait vainqueur, et cette incertitude restera enfouie dans les ombres du passé. Mais les conséquences demeurent, et la cloche a sonné la fin de ma première tentative d'ascension du Haut Hrothgar. Il est certain que je n'oublierai pas cet instant où j'ai vu la victoire m'échapper par ce coup du destin. Il est irrémédiable que je retrouverai ce guerrier des îles, et que nous nous battrons à nouveau. Cette défaite nous a porté tous deux préjudice, nous qui nous battions pour la fierté de notre peuple."

Alors, sur ces derniers mots, elle se tait, laissant la brise de l'hiver parler pour elle, porter ces paroles à qui veut l'entendre. Puis de discours, sa voix devient chant des terres du Nord, au coeur vaillant, d'âme forte que nul ne peut ainsi plier.

Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
en orðstírr deyr aldregi:
hveim er sér góðan getr.


Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
ek veit einn at aldrei deyr:
dómr um dauðan hvern.

Spoiler:
 

- "Ainsi, toi, homme-singe, tu te dresses à nouveau sur mon chemin. Tu n'as pas accepté cette défaite qui te ronge depuis le jour où tu as croisé mon regard et chûté à mes pieds. Tes paroles après ce combat résonnent encore dans mon esprit, paroles qui semblaient véritablement empreintes de respect sincère, avant que tes exactions finissent par corrompre le sens de tes propres mots. Quel respect y a-t-il a interrompre un combat ? Et plus encore à provoquer la défaite du guerrier qui a gagné ce respect ? Ton coeur est-il à ce point empli de rancoeur, de haine ? Je ne crois pas en un quelconque geste guidé par l'instinct animal qui t'habite. Car ton corps abrite un esprit clair et conscient de tes actes. Par ce geste, par ce méfait, tu as décidé de barrer mon chemin et me défier une nouvelle fois. Et j'accepte ce défi, car je me dois de laver cet honneur que tu as bafoué par ton soi-disant respect. Rappelle-toi ce premier combat. Rappelle-toi cette défaite de mes mains. Sois plus fort et moins fourbe, sois plus guerrier que voleur. Prouve au monde que tu as l'étoffe de me vaincre seul à seule, face à face, sans aucune aide ni artifice. Alors peut-être. Peut-être que je te laisserai une chance de m'achever.

Le Destin seul le décidera. Mais sache que je ne reculerai pas. Sache que je me relèverai jusqu'à ce que la vie aura quitté mon corps, afin que mon âme puisse rejoindre le Valhalla. Je me battrai, quoi qu'il advienne, car je suis une Skjaldmö. Je suis avec ferveur la voie du guerrier, et par les armes je tomberai."

L'image, peu à peu, devient plus blanc, plus flou, alors que l'objectif montre une dernière fois les yeux de la Valkirie empreints d'une détermination sans faille.

Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
ek veit einn at aldrei deyr:
dómr um dauðan hvern.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valdyra




MessageSujet: Re: Le vent du Nord   Lun 9 Nov - 16:24

Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
en orðstírr deyr aldregi:
hveim er sér góðan getr.

- "L'affront a été lavé. Enfermé dans la cage de métal avec l'homme qui avait bafoué mon honneur de Skjaldmö."

Les vents du Nord soulèvent de leur souffle puissant la chevelure blanche de la Valkyrie, simplement protégée de sa cape en peau de loup et de vêtements de cuir épais brodés de runes nordiques. Epée plantée sur le sol neigeux du fjord, elle ferme les yeux, savourant cet instant solitaire, communiant avec la nature sauvage et froide des terres scandinaves.

- "Laisser ma soif du combat couler dans mon sang de guerrière. Laisser cette rage de vaincre envahir mon corps, ma chair et mon esprit. Et frapper, frapper encore et encore, jusqu'à pouvoir escalader les murs de la prison d'acier."

Valdyra ouvre lentement les yeux, fixant de ses prunelles de glace la caméra devant elle.

- "Tu as abandonné, homme-singe. Alors que ce duel t'était acquis, tu as oublié l'enjeu de ce combat : la victoire, la défense de tes valeurs. Te battre et vaincre pour tes convictions. La différence la plus flagrante entre toi et moi se trouve ici. Je suis une Skjaldmö, une guerrière, et tant que le glas ne sonne pas, le duel n'est pas terminé. Je me suis battu jusqu'au bout et l'opportunité de vaincre m'a été offerte par toi."

Elle ouvre ses bras, laissant l'épée fichée au sol, prenant une grande inspiration d'air froid, avant de pointer du doigt l'objectif.

- "Tu es un combattant, je l'ai bien vu lors de notre combat au sein de cette cage. Tu étais qui plus est dans ton élément, entouré de prises d'escalade sublimant le style si particulier que tu as adopté des grands singes. Mais tu n'es pas un guerrier. Tu n'es pas aussi rompu à l'art martial que moi. Et surtout, homme-singe, tu n'as pas forgé ton esprit à l'application de cet art."

Elle se saisit de son épée, et porte son bouclier alors accroché à son dos.

- "Les Terres du Nord m'ont accueillie et a façonné ce que je suis devenu. Une porte-lance, une manieuse d'épée et de bouclier. Rendre les coups autant que les subir, sans détour, sans pleurs, sans peur, au mépris de la souffrance. Et toujours affûter mon esprit, accepter l'issue quelle qu'elle soit. Le Destin guide mes pas et mon bras, il est mon seul rempart."

La Valkyrie désigne la caméra de la pointe de son épée, les yeux fixés sur elle d'une lueur de détermination.

- "Tant qu'il existera un souffle de vie dans mes poumons, j'escaladerai les marches menant au Haut Hrothgar. Peu importe les obstacles se dressant sur mon chemin, les combattants barrant ma route. Et si je dois rendre l'âme au fil d'une de ces lames, alors le Destin aura pris sa décision concernant le fil de ma vie. J'y suis préparée depuis le premier jour où j'ai porté cette épée et soulevé ce bouclier."

Elle commence à se retourner, ne laissant qu'une partie de son visage tourné vers l'objectif.

- "Alors j'avance, je monte ces marches. Rien ne m'arrêtera."

La Skjaldmö finit par s'éloigner, sans un regard en arrière, peu à peu enveloppée par les bourrasques de vents jusqu'à disparaître du paysage des Terres du Nord.

Deyr fé, deyja frændr,
deyr sjalfr it sama,
ek veit einn at aldrei deyr:
dómr um dauðan hvern.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vent du Nord   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vent du Nord
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui craint le grand méchant loup ?
» [RPFB]Le vent du Nord
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Generation Wrestling :: New Generation Wrestling :: -
Sauter vers: